CABINET DE PSYCHOTHERAPIE ET DE PSYCHANALYSE de Virginie BRET
       CABINET DE          PSYCHOTHERAPIE  ET  DE PSYCHANALYSE                                                                                  de Virginie BRET                                                                                               

REHUMANISER LA MORT

 

 

La banalisation de la mort est partout présente dans nos sociétés.
Que ce soit à la radio, à la télévision, dans la presse écrite, la mort devient spectacle.
Qu'elle prenne le visage d'un meurtre sordide ou de génocides inhumains, d'une catastrophe qui dévaste tout ou d'une lente agonie par la maladie, rien ne nous est épargné, au nom du droit d'être informés... tout est montré sous tous les angles, jusqu'à plus soif.

 

Pourquoi un tel étalage  ?
 
Il aurait pour tâche d'alimenter notre besoin de sensationnel, de nourrir notre curiosité mortifère et serait un dérivatif de la violence.

Ce serait un moyen simple, rapide et percutant qui nous permettrait de vivre des sensations fortes, de petits chocs émotionnels sans conséquences.
On jouerait en quelque sorte à se faire peur. On ferait un pied de nez à la Faucheuse...puisqu'elle s'acharne sur cet étranger, ailleurs....non sans éprouver un certain soulagement, d'ailleurs.

 

Nous entretenons un rapport questionnant avec l'idée de la finitude.

 

A la fois, elle nous terrorise. Elle est une réalité incontournable...et nous essayons la plupart du temps de l'oublier, en pensant que la vie sera plus légère ainsi.
Nous oublions ainsi nos vieux, nous oublions nos malades....

 

Et en même temps, elle nous fascine.
Les médias l'ont bien compris. Eux, qui n'oublient pas de sortir trompettes et tambours pour l'inviter à demeure.

Bien sûr, que la banaliser est une façon de la mettre à distance ; mais c'est avant tout nous mettre à distance de nous-même... et de l'autre.

Banaliser la mort est banaliser notre existance. Banaliser la Vie.

Rendre insignifiant, voire inexistant l'être qui a vécu, qui a pensé, ressenti, aimé, désiré, eu ses moments de peines et de douleurs, ses joies, jusqu'à ce que la mort vienne le prendre.
Oublier les proches qui pleurent.

 

On déshumanise la mort. On la rend aussi virtuelle. Il n'y a qu'à voir les films et les jeux vidéos.
Cette façon de faire nous désensibilise, nous endurcit...parce que fondamentalement la mort nous angoisse.

Sans tomber dans l'obsession de la mort et des ses pensées noires, il me semble nécessaire de réfléchir à ce qu'elle nous fait ressentir et vivre pour mieux ainsi lui donner sens et peut-être découvrir la profondeur de son langage, peut-être mieux comprendre le message qu'elle nous transmet.

 

Sentir la violence qui nous est faite lorsque l'information devient exhibition, impudeur, irrespect.

Penser la mort, c'est penser notre vie. Ce qui nous rend vivant...jusqu'au bout.
C'est penser que le jour de notre dernière heure, nous serons considéré comme une personne.

 

Parole Donnée par...

Malek Chebel

Alain Héril

Pierre-Yves Ginet

Jean-Yves Leloup

Jacques Lecomte

Fariba Hachtroudi

Michela Marzano

Serge Tisseron

Catherine Bensaid

Guy Corneau

 

 

 

 

 

 

 

Coordonnées

 

Virginie BRET

32 Bd de Belgique

42300 Roanne

 

Les rendez-vous se prennent par téléphone au :

 

            06 21 79 11 84

 

Jours et heures d'ouverture :

 

 

  Mardi de :

  9h-12h et 14h à 17h

  Mercredi de 14h à 20h

  Jeudi de 9h à 12h et 14h à 17h



 

 

 

 

 

 

 

© Copyright 2011. Tous droits réservés à Virginie Bret
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Virginie BRET

Site créé avec 1&1 MyWebsite.