CABINET DE PSYCHOTHERAPIE ET DE PSYCHANALYSE de Virginie BRET
       CABINET DE          PSYCHOTHERAPIE  ET  DE PSYCHANALYSE                                                                                  de Virginie BRET                                                                                               

Alain HERIL

Psychanalyste, sexothérapeute

Auteur de "Femme épanouie. Mieux dans son désir, mieux dans son plaisir"  chez Payot 2012

site : www.alainheril.com

 

 

 

Bonjour Alain Heril,

 

Je vous ai écouté un jour à la radio parler avec beaucoup d'à propos et de bienveillance  autour de l'amour et de la sexualité.

Cela m'a donné envie de mieux connaître votre point de vue et le psychanalyste que vous êtes.

J'aimerai savoir ce que vous pensez de ces trois thèmes.

Merci de vos retours.

 

 

 

On parle beaucoup des valeurs féminines, dont la douceur, l'accueil, la réceptivité...Existe-t-il toutefois une violence spécifiquement féminine, y compris dans la sexualité ?

 

 Alain Heril: Des siècles entiers de patriarcat occidental ont amené à sectoriser ce qui appartient à l'homme et à la femme. Nous nous sommes conformés à cela, c'était le fruit d'une culture, d'un apprentissage, d'une éducation. Depuis plusieurs décennies la donne a changé. Ce qui appartenait uniquement à l'homme est investi par les femmes et inversement. De fait nous nous apercevons que nous sommes, hommes et femmes, semblables dans nos différences. Alors oui, bien sûr il existe une violence spécifiquement féminine et lorsqu'elle s'exprime dans la sexualité ce n'est pas du masculin qui se fémininise mais bien une expression spécifique. La sexualité féminine porte en elle des éléments que je qualifierais de « païens » : mystère, magie et aussi agressivité. Les femmes, comme les hommes commencent à découvrir cette « saine agressivité » qui s'exprime par une fureur et une force dont la puissance étonne. Mais, il faut bien le dire des approches non-occidentales de la sexualité comme le Tantra avait déjà su le saisir bien avant le christianisme. Et la multi-orgasmie naturelle de la femme en est l'une des expressions les plus probantes !

 

Il existe dans certains pays comme la Suisse et l'Allemagne, des assistant(e)s sexuel(le)s pour offrir une expérience érotique à des personnes handicapées. Est-ce selon vous assimilable à de la prostitution, comme le prétendent certains, ou cette pratique est-elle une réelle avancée sociale et thérapeutique ?

 

Alain Heril : Je ne connais pas toutes les données de ces pratiques.

Comment cela se passe-t-il ? Qui sont les assistant(e)s sexuelles ?

Sont-ils (elles) payé(e)s ou pas ?

Ceci étant, au-delà de ces questions il me semble qu'il est important de reconnaître aux personnes handicapées un droit naturel et évident à une vie sexuelle digne de ce nom. C'est encore un tabou prégnant (comme la sexualité des personnes âgées) qui doit se lever afin de considérer l'Humain dans son entièreté quant à ses besoins et ses désirs, handicap ou non...

Alors, savoir s'il s'agit de prostitution ou non me paraît secondaire et, peut-être même superflu.

C'est notre représentation du corps jouissant qui doit changer afin de sortir des images froides et convenues qui laissent entendre que seules certaines personnes avec certaines mensurations bien précises peuvent avoir droit à un plaisir sexuel et l'afficher au yeux de toutes et tous.

 

« Confronter quelqu'un à sa propre ombre revient à lui montrer la lumière qui l'habite ».

Que vous évoquent ces paroles de Carl Gustav Jung ?

 

Alain Heril : Nous sommes des êtres multiples faits d'éléments conscients et repérables dans nos pensées, nos actes, nos gestes. Mais nous portons aussi en nous une part d'Inconscient considérable qui participe à l'étoffe de notre organisation psychique. Il y a dans ces dimensions de l'inconscient des « zones d'ombre » que nous mettons beaucoup de temps à refouler ou à ne pas vouloir voir. Cette partie de nous fait souvent peur, comme si nous portions en nous des fantômes monstrueux qui pourraient nous détruire s'ils voyaient le jour ! Prendre conscience de cela c'est un pas énorme fait vers la connaissance de soi. Et je suis d'accord avec CG Jung, notre ombre dès qu'elle se dévoile et se laisse regarder en face, raconte beaucoup de notre lumière et de notre multiplicité. C'est un travail rude que d'affronter son ombre mais c'est un chemin nécessaire pour mieux savoir de quoi nous sommes faits et apprendre ainsi à conquérir sa liberté, son autonomie.

 

propos recueillis le 04 février 2011

 

 

Parole Donnée par...

Malek Chebel

Alain Héril

Pierre-Yves Ginet

Jean-Yves Leloup

Jacques Lecomte

Fariba Hachtroudi

Michela Marzano

Serge Tisseron

Catherine Bensaid

Guy Corneau

 

 

 

 

 

 

 

Coordonnées

 

Virginie BRET

32 Bd de Belgique

42300 Roanne

 

Les rendez-vous se prennent par téléphone au :

 

            06 21 79 11 84

 

Jours et heures d'ouverture :

 

 

  Mardi de :

  9h-12h et 14h à 17h

  Mercredi de 14h à 20h

  Jeudi de 9h à 12h et 14h à 17h



 

 

 

 

 

 

 

© Copyright 2011. Tous droits réservés à Virginie Bret
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Virginie BRET

Site créé avec 1&1 IONOS MyWebsite.